— Philosophe vagabonde —


C’est l’automne qui m’a accueillie en ce monde un jour de novembre quatre-vingt-quinze. Peut-être est-ce la raison pour laquelle j’ai toujours été sensible à ce moment de l’année, propice à la réflexion et à la contemplation. Cette saison a bien cela de particulier, qu’elle permet d’observer le mouvement symptomatique d’une nature éprouvée, tirant sa révérence éphémère pour les longs mois d’hiver. Je me plais à considérer qu’il faut agir ainsi, par un mouvement d’effacement incessant, afin de mieux comprendre notre rapport au monde. C’est l’humilité qui nous tire d’une certaine manière vers cette compréhension indicible, nous faisant vibrer au diapason du sauvage.

On pourrait sans doute me définir comme une philosophe vagabonde, dont la nature et l’art ont toujours occupé une place chère en mon cœur. Dans ma plus tendre enfance, je passais des heures à dessiner des paysages auxquels venaient s’ajouter nombre d’animaux en tout genre. L’écriture, la peinture et plus tard la photographie se sont ensuite imposés à moi, comme des moyens silencieux d’exprimer ce que mes yeux embrassaient et ce dont mes pensées rêvaient. J’y ai toujours fait une célébration à la gloire du monde vivant, pour rappeler à tout un chacun que nous ne pouvons renier ce lien qui existe entre eux et nous depuis des temps immémoriaux.

Il a perpétuellement été question pour moi de rentrer en résonance avec lui, d’entrer dans une connexion qui se veut intime, inaliénable, d'égal à égal. C’est ce que je souhaite transmettre au travers de mes images ; ce sentiment étrange mêlant familiarité et étrangeté, nous interrogeant toujours plus sur l’altérité. Mon inspiration se décline ainsi à la croisée de ces ressentis, de ces émotions qui m’envahissent à son contact, de l’authenticité d’un tel rapport qui m’a tant apporté jadis et m’inspire toujours autant aujourd’hui.

Finalement, ce sont parmi les terres suspendues de Haute-Savoie que j'ai l'impression d'avoir retrouvé un refuge. Je les arpente depuis mes plus jeunes années. Elles m'ont donné une raison d'être, là où les circonstances étaient faites de tourments. Je ne peux me lasser de regarder des heures durant la danse des nuages autour des sommets, la nuance de la roche dans les derniers rayons du Soleil, ou encore ces sentinelles à poils et à plumes qui semblent veiller sur ces forteresses séculaires, certainement les seuls souverains légitimes en ce monde, loin de la petitesse d’une humanité qui n’a pas encore saisi l’importance des interconnexions qui subsistent entre tous ces mondes, entre tous ces Umwelten.

Ma démarche s’inscrit donc dans un double questionnement ; d’abord le questionnement de celui qui se plongera dans mes images, puis un questionnement personnel, sur mon rapport à la nature, au monde et à la vie.

 
IMG_4423-2.jpg

Copyright © Emile Séchaud - www.emilesechaud.com

 

 
 

« Plus la saison était triste, plus elle était en rapport avec moi [...]. Un caractère moral s'attache aux scènes de l'automne: ces feuilles qui tombent comme nos ans, ces fleurs qui se fanent comme nos heures, ces nuages qui fuient comme nos illusions, cette lumière qui s'affaiblit comme notre intelligence, ce soleil qui se refroidit comme nos amours, ces fleuves qui se glacent comme notre vie, ont des rapports secrets avec nos destinées. »

Châteaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe

 
 

 

— Expositions —

          > Catharsis

Un parcours à la fois pictural et philosophique, en hommage aux peintures romantiques du XIXe ainsi qu’aux paysages inspirants d’un écrin de beauté niché dans les Alpes.

- Festival International Nature Namur | Belgique, octobre 2018

- Festival Instants Sauvages de Cornier | Haute-Savoie, novembre 2019

       > Les ailes de Scandinavie — en collaboration avec Emile Séchaud

Série dédiée à la beauté des oiseaux rencontrés durant notre périple d'un mois à travers la Suède, la Norvège et la Finlande. 

- Festival Lycée Photo Nature de Bourg-en-Bresse | Ain, mars 2018

- Exposition photographique à Thônes | Haute-Savoie, juin 2019

— Distinctions —

> 2019 : Concours international Nature de Namur, finaliste catégorie “Paysages”

> 2019 : Concours Festival Nature Ain de Hauteville-Lompnes, finaliste catégorie “Faune”

> 2018 : Concours international de Montier-en-Der, finaliste catégorie “Paysages naturels du monde”

> 2018 : Concours international Natura l’Oeil d'Egletons, finaliste catégorie “Paysages naturels d’ici et d’ailleurs”

> 2014 : Concours régional Rhône Alpes, 2e Prix catégorie "Flore"

  > 2013 : Concours international de Montier-en-Der, Clin d’oeil catégorie jeune “Autres animaux sauvages”